Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Panier 0 0.00

Le congé maternité et l’allaitement

Le congé maternité

En France, le congé maternité se caractérise par une période de repos obligatoire et indemnisé, réparti entre le prénatal et le postnatal. Il permet aux mères de se préparer à l’accouchement et de récupérer, tout en prenant soin de leur enfant.

En moyenne en France, 55% des femmes interrompent ou réduisent leur activité à la suite du congé maternité pendant au moins 1 mois. Les chiffres vont augmenter dès lors qu’il s’agit d’une deuxième ou troisième naissance, voir plus.

Parallèlement, l’allaitement maternel, une pratique fortement encouragée pour ses bienfaits sur la santé des nourrissons et des mères, reste un choix personnel influencé par divers facteurs. Notamment par la durée et la nature du congé maternité.

En 2021, 56,3 % des mères allaitaient exclusivement à la maternité. Deux mois plus tard, c’est 34,4% des femmes qui allaitent exclusivement leur enfant et 19,8% réalisent un allaitement mixte (lait maternel et lait 1er âge du commerce).

Le congé maternité en France

Le congé maternité s’est mis en place progressivement au cours du 20e siècle.

Initialement, le congé maternité était un droit facultatif de 8 semaines non payées. Au fil du temps, il est devenu un droit obligatoire. L’indemnisation pendant l’absence a été introduite, le congé s’est allongé et la législation a évolué pour interdire le licenciement d’une femme en raison de sa grossesse.

Actuellement, le congé maternité en France est fixé par la loi à 6 semaines de congé prénatal (avant l’accouchement) et 10 semaines de congé postnatal (après l’accouchement). Pour un total de 16 semaines. En fonction du nombre d’enfants et d’autres paramètres, cette durée change.

Il est tout à fait possible de renoncer partiellement à ce congé. Dans un tel cas, vous pouvez choisir d’arrêter de travailler seulement 8 semaines, dont 6 semaines après la naissance de votre enfant.

Dans plusieurs cas, vous pourrez bénéficier d’un congé maternité allongé :

  • À partir du troisième enfant : Le congé maternité est prolongé à 26 semaines.
  • Pour des jumeaux : Le congé s’étend sur 34 semaines.
  • Pour des triplés ou plus : Le congé est de 46 semaines.
  • Pour une grossesse pathologique : Deux semaines avant la date présumée de l’accouchement et quatre semaines supplémentaires après.
  • Pour un accouchement prématuré : La durée totale reste la même, mais le congé prénatal est réduit au profit d’un congé postnatal plus long. Si l’enfant naît plus de six semaines en avance et nécessite une hospitalisation, le congé peut être allongé.

Pendant le congé maternité, les femmes reçoivent des indemnités de la part de la Sécurité sociale. Ce montant est calculé en fonction des salaires antérieurs.

En plus de l’indemnisation, les femmes en congé maternité bénéficient d’une protection contre le licenciement. Cette protection commence dès l’annonce de la grossesse à l’employeur et se poursuit pendant toute la durée du congé maternité.

Un arrêt de travail avant le début du congé maternité est possible en cas de maladie, suite à l’avis de votre médecin traitant. Vous serez alors en arrêt maladie, et indemniser avec le système classique de l’assurance maladie.

Le congé parental

Le congé parental est une période durant laquelle les parents peuvent choisir de s’absenter du travail pour s’occuper de leur enfant. Le contrat de travail est mis en pause, et les personnes retrouveront leur poste à la suite du congé parental.

Ce congé peut être demandé à la suite du congé de maternité ou de paternité et est généralement disponible jusqu’au troisième anniversaire de l’enfant. Cette période permet aux parents de jouer un rôle actif dans les premières années cruciales de la vie de leur enfant.

Le congé parental est un congé sans solde. Cela signifie que pendant cette période, les parents ne reçoivent pas leur salaire habituel de leur employeur.

Il est tout de même possible de bénéficier d’aides de la part d’organismes tels que la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) en France. Ces aides visent à compenser en partie la perte de revenu due à la prise de ce congé.

Le congé parental peut être pris à temps partiel. Dans ce cadre, les parents peuvent continuer à travailler, mais avec des horaires aménagés, en travaillant au minimum 16 heures par semaine. Cette flexibilité aide à maintenir un équilibre entre les responsabilités professionnelles et familiales.

Le congé maternité dans les pays d’Europe

Le congé maternité (et le congé parental) en Europe varient considérablement d’un pays à l’autre, chacun ayant ses propres politiques et réglementations.

Voici quelques exemples de congé maternité et parental dans certains pays d’Europe :

  • Allemagne : Le congé maternité dure un total de 14 semaines, réparties en six semaines avant la naissance et huit semaines après. En plus de cela, les parents ont droit à un congé parental jusqu’au troisième anniversaire de l’enfant.
  • Suède : Connue pour ses politiques familiales progressistes, la Suède offre un congé maternité de 14 semaines. Le congé parental peut s’étendre jusqu’à 480 jours, partagé entre les deux parents.
  • Italie : Le congé maternité s’étend sur une période plus longue de 24 semaines. L’indemnisation pendant cette période est dégressive, démarrant à 80% du salaire puis réduite à 30%.
  • Slovaquie : Le congé maternité est fixé à 28 semaines. Cependant, les bénéficiaires ne reçoivent que 55% de leur salaire pendant cette période, ce qui représente une indemnisation relativement modeste comparée à d’autres pays européens.
  • Finlande : Le congé maternité peut être indemnisé jusqu’à 105 jours, soit environ 15 semaines. Les deux parents ont également droit à 160 jours de congé parental chacun, totalisant 320 jours pour le couple, offrant une grande flexibilité pour s’occuper de l’enfant.

L’impact sur l’allaitement

Bien que l’allaitement soit recommandé jusqu’aux 6 mois du bébé, la fin du congé maternité ne permet pas toujours de rendre cela possible. En effet, la durée et l’accessibilité du congé maternité ont un impact significatif sur la capacité des mères à allaiter leurs enfants.

Selon une étude anglaise, il existe une relation positive entre la durée du congé maternité et la durée de l’allaitement. Deux données ressortent :

  • Les femmes ayant un congé maternité de 3 mois avaient au moins 50 % de chances en plus de prolonger la durée de leur allaitement par rapport à celles qui sont retournées au travail avant cette période.
  • Les femmes ayant bénéficié de 6 mois ou plus de congé maternité ou parental ont montré au moins 30% de probabilité de maintenir leur allaitement pendant au moins les 6 premiers mois.

Il est clair que la fin du congé maternité implique des difficultés d’organisation pour continuer d’allaiter son enfant. Mais ce n’est pas impossible pour autant !

La reprise du travail avec l’allaitement

La reprise du travail après un congé maternité peut être un moment crucial pour les mères qui allaitent, car elle implique souvent de concilier les exigences professionnelles avec les besoins d’allaitement de leur enfant.

Le temps partiel en congé parental

Opter pour un congé parental à temps partiel permet de continuer à percevoir une partie de son salaire. Cela peut aider à atténuer l’impact financier d’une réduction du temps de travail pour s’occuper de son ou ses enfants.

Ce temps partiel offre une flexibilité pour la mère qui pourra continuer à allaiter plus longtemps, car elles peuvent facilement concilier travail et pauses d’allaitement ou d’expression du lait. Elle pourra aussi choisir un allaitement mixte, si son travail et ses horaires n’offrent que cette possibilité.

Travailler à temps partiel peut réduire le stress lié à l’équilibre entre les obligations professionnelles et l’allaitement. Moins de stress peut favoriser une meilleure production de lait et une expérience d’allaitement plus positive.

Le congé allaitement

Bien qu’il n’existe pas de congé spécifique dédié à l’allaitement en France, les mères ont le droit d’allaiter sur leur lieu de travail.

Ce droit comprend jusqu’à une heure (ou deux fois 30 minutes) pour allaiter pendant le temps de travail, et ce, jusqu’au premier anniversaire de l’enfant.

Un local adapté peut être mis à disposition pour permettre aux mères d’allaiter ou d’exprimer leur lait dans un environnement confortable et privé.

Certaines conventions collectives offrent des dispositions supplémentaires concernant l’allaitement. Il est donc recommandé de vérifier avec son employeur pour connaître les modalités précises applicables dans son cas.

Conclusion

Si le congé maternité et le congé parental en France sont conçus pour faciliter l’arrivée d’un enfant dans le foyer, l’allaitement reste un véritable défi pour de nombreuses mères.

Ces congés, bien que bénéfiques, ne représentent pas une solution universelle. Les contraintes financières et les choix personnels influencent la décision de chaque femme quant à la manière de gérer cette période.

Le retour au travail peut perturber l’allaitement maternel, bénéfique tant pour la mère que pour l’enfant. Heureusement, la législation française offre certaines facilités, comme le congé parental à temps partiel et le droit d’allaiter sur le lieu de travail.

Ces mesures du code du travail visent à soutenir les mères qui choisissent de continuer à allaiter après leur retour au travail. Elles fournissent des moyens pour mieux équilibrer leurs responsabilités professionnelles et personnelles.

Mais ces aménagements ne suffisent pas toujours à répondre à toutes les situations. Il est important de toujours accompagner les mères dans leur choix d’allaitement, tout en tenant compte de leurs réalités professionnelles et personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite en France
Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.